mardi 26 novembre 2013

Robida, à l'Exposition de 1903, à Reims.

On ne peut pas être rémois, passionné des Expositions et passionné par l'oeuvre d'Albert Robida, sans s'intéresser à la Section des Beaux-arts de l'Exposition industrielle de 1903 à Reims.
En effet, cette petite Exposition nationale, qui a failli devenir une Exposition internationale grâce à la participation tardive de la Russie, comptait également une section artistique, dans laquelle, de nombreux artistes régionaux et nationaux étaient présents.

Seules les oeuvres suivantes pouvaient participer : Peintures à l'huile, Aquarelles, Pastel, Sculptures (bronze, bois et ivoire, maximum 150 kilos), et gravures.

Parmis les 954 oeuvres exposées, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, dans le Catalogue Officiel des Beaux-arts de l'Exposition de 1903 (une trouvaille récente...) qu'Albert Robida était également présent, grâce à deux oeuvres !

Le Salon des Beaux-arts - Hélas, il n'existe que quelques cartes postales et photographies, sur lesquelles il n'a pas été possible de détecter ces deux oeuvres.

A priori, Albert Robida ne participe pas individuellement, mais par l'intermédiaire de la Galerie de Charles Hessèle, 13 rue Laffitte à Paris.

On trouve donc deux eaux-fortes signées Robida, sous les références 882 et 883, exposées parmi les gravures diverses.

882 - La Mère-Cycliste (1896 ? parue dans l'Album de Tallandier, 1901)


883 - Les Cyclistes au Repos (1896 ?) (Oeuvre présentée en 2012 à Compiègne, Eglise St-Pierre-des-Minimes, lors de l'exposition temporaire "La voiture, la femme et l'élégance")


Il semble que ces deux eaux-fortes fassent partie d'une série de trois, il manquait à l'Exposition de Reims "La Belle Cycliste et les Mauvais Chemins, de 1896.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire